Slider[Style1]

Cri de Femme 2017 Luxembourg


Le dimanche 5 mars avec le soutien de CLAE Comité de Liaison des Associations d’Etrangères,  a eu lieu « Cri de Femme 2017 Luxembourg «  à la LuxExpo  dans le cadre du17e  Salon du Livre et des Cultures du Luxembourg.

L'événement a été organisé et présenté par la poétesse Miriam R. Krüger, ambassadrice du Mouvement Femmes Poètes International au Luxembourg et par l’écrivaine Sylvie Ptitsa. 


Miriam R. Krüger a parlé du but et l'importance de cet événement caritatif créé par Femmes Poètes International pour rendre hommage aux femmes victimes de violence et qu'elle organise à Luxembourg depuis plusieurs années, mais aussi elle et a dévoilé son projet audiovisuel « Écoute-moi » réflexions des enfants et adolescents sur la violence et le respect et comme partie du décor il y avait trois affiches contre la violence réalisé par des enfants.


Cette année Cri de Femme a été dédié aux petites filles et adolescentes dans le monde et pour cette raison Miriam R. Krüger a tenu a présenter l’événement avec l’écrivaine pour enfants Sylvie Ptitsa, qui est aussi ambassadrice du collectif  « You are Hero »  qui lutte contre les violences en milieu scolaire et cyber-violence.


Cri de Femme 2017 Luxembourg a été une séance de lecture a fleur de peau avec la participation des poètes luxembourgeois Francis Kirps et Carla Lucarelli, la poétesse française Eurydice Reinert et le poète espagnol Mario Velazquez qui ont fait lecture de ses textes et poèmes en langue française, allemand et anglais.


Nèfta Poetry, ambassadrice du festival Cri de femme

Nèfta Poetry, ambassadrice du festival Cri de femme : « On va s'interroger sur ce qu'est l'essence féminine »



Propos recueillis par Sophie BACONIN Mardi 28 février 2017
 
(Jean-Philippe Polo) 
Lieu Article ICI
Jeudi débutera le festival Cri de femme, autour du thème de la nature. L'occasion d'échanges interculturels et de sensibiliser sur la cause féminine à travers plusieurs événements. Rencontre avec l'ambassadrice du festival, Nèfta Poetry, alias Stéphanie Meylion-Reinette.

 

Comment est né le festival Cri de femme ?

C'est une initiative de Jael Uribe, poétesse de République dominicaine, qui a invité des femmes poètes, comme moi, à travers les réseaux sociaux, à organiser un ou plusieurs événements pour célébrer les femmes et sensibiliser la population aux violences faites aux femmes. Cela a débuté en 2011.

 

Pourquoi est-ce important pour vous de vous impliquer dans cet événement ?

Tout d'abord, parce que je suis une femme. Dans mon parcours de vie, j'ai eu des expériences difficiles avec le sexe opposé. J'ai aussi beaucoup écrit sur l'érotisme de la femme et sur la douleur. C'est important pour moi, parce que je crois foncièrement en l'égalité sociale entre hommes et femmes même si je crois aussi que la nature ne nous a pas fait de manière identique. Et puis, aujourd'hui, il y a encore énormément de violences infligées aux femmes.

 

De quoi va parler ce festival ?

Je suis sociologue de formation. Je m'efforce, chaque année, de poser une question pour faire écho aux problématiques que rencontrent les femmes. Après avoir abordé les violences conjugales, les féminismes, la femme comme origine du monde ou encore la sexualité, nous parlerons de la femme et la nature.

 

Comment cela va-t-il se décliner ?

Sous toutes les facettes. On va s'interroger sur ce qu'est l'essence féminine. J'ai fait la rencontre récemment d'un ami en transition pour devenir une femme. Et nous avons beaucoup parlé de comment devient-on femme ? C'est une question qu'on peut toutes se poser, même en étant née avec un sexe féminin. On va aussi se questionner sur l'intégration de la femme dans la nature. L'occasion aussi de parler des femmes qui exercent des « métiers d'hommes » , même si on sait qu'aux Antilles, les femmes ont toujours énormément travaillé. Savoir comment elles vivent leur sexualité aussi. Comment elles se situent dans leur environnement et dans leur corps.


-------------------------------

PROGRAMME

- Du 2 au 17 mars : exposition Nuésensau pavillon de la Ville de Pointe-à-Pitre (Cindy Leboucher, Richard-Viktor Sainsily Cayol, Daniel Dabriou, Anaïs C., Minia Biabiany, Guy Gabon, Nicolas Nabajoth, Philippe Virapin, Prisca Violette).
- 2 mars : Vernissage, cocktail et performance réalisée par Prisca Melyon-Reinette (avec Aimée Carry, Jeanice Bordes, etc.).
- 3 mars : Festi'lunch au restaurant peso-végétarien Archibon de 18 à 22 heures. Projections : Ayéola, la danse des couleurs de Jonathan Drumeaux Drums et Esclavage moderne de Guy Gabon.
- 4 mars : Première soirée « Party » du festival, au Petit New- York, à partir de 21 heures.
- 5 mars : conférences et ateliers Au Petit New York, de 8 h 30 à 17 heures.

Envoyez vos candidatures | Cri de Femme 2017 | Paris | Guadelouope | La Reunion | Miami

CALL 4 ARTISTS! 05 septembre - 15 novembre
Envoyez vos candidatures à Nèfta Poetry, neftapoetry@live.fr


 
Le Festival Cri de Femmes est une grande aventure initiée en 2011 par Jael Uribe en République dominicaine. Elle lance un appel à des femmes poètes dans le monde et les invite à lancr des événements estampillées "CRI DE FEMMES" afin de sensibiliser contre les violences qui leurs sont faites et de valoriser leurs accomplissements. Aujourd'hui plus d'une quarantaine de pays tissent ce grand festival en réseau et des centaines d'évenements se font écho tout au lond du mois de mars. CRI DE FEMMES: c'est du 1er au 31 mars que nous célébrons les femmes.

Ambassadrice pour la FRANCE et fondatrice du festival en Hexagone et dans les Outremers, j'ai lancé depuis deux ans une dynamique interculturelle, avec New Delhi. Cette année 2017 verra, je l'espère une autre collaboration avec Miami. Étant actuellement dans le bassin caribéen, nos portes sont si proches... J'en dirai plus le moment venu. Cri de Femmes 'France' (donc Gwada, La Réunion, etc.) est un FESTIVAL CARITATIF (TOUS BÉNÉVOLES!) car ce qui est en son coeur c'est la CAUSE DES FEMMES! Point essentiel pour moi et non négociable! Mais je fais grandir le festival et qui sait ce qui adviendra. Mais cette année encore nous partons sur ces bases tellement saines et constructives! MOBILISONS-NOUS pour une société à son apogée d'humanité Le thème détermine les ropsoitions artistiques, du moins doibvent-elles se faire écho! Pour 2017, le THÈME :


FEMMES... NATURES...


(Femmes et la Nature, la Nature (supposée) des femmes, Les femmes dans la nature... #cycle #Lune #Féminité #Essence #Naturel ETC.)

Le Festival Cri de Femmes revient en 2017, comme à l'accoutumée, depuis 5 ans en Guadeloupe, 6 ans à Paris, 3 ans à la Réunion! Et j'espère pouvoir concrétiser cette collaboration - de coutume depuis 2 ans (la 1ère ayant été avec New Delhi) -


Envoyez vos propositions (par email) pour :


- Expositions
- Concerts (poéte.ss.es, chanteu.r.ses, instumentistes...)
- Danse
- Stands (créateurs à base de produits naturels)
- Conférences & Débats (naturopathes, ostéopathes, etc.)
- Cycles documentaires (filmmakers, réalisateurs)

Dans votre proposition (en lien avec le thème):

- photos + bio
- Liens (live si vous chanter, extrait chorégraphique si vous dansez)
- présentation de votre travail
- présentaiton de l'oeuvre / intervention

PARIS & GUADELOUPE :


* Stéphanie Melyon-Reinette (alias Nèfta Poetry) neftapoetry@live.fr
* Prisca Melyon-Reinette - Anansi Ô  prisca.melyonreinette@gmail.com


LA RÉUNION

Flo Pytala (sur facebook) florencelatappy@gmail.com


PEACE

Nèfta Poetry
Festival Cri de Femmes France
+ 590 690 47 05 66

Cri de Femme | rende hommage à collaborateurs


La première rencontre du Mujeres Poetas Internacional MPI, Inc. (Mouvement International des Femmes Poètes) a été organisée dans les salles du RafaelHoteles Ventas 4, situé à la Rue d’Alcalá à Madrid Espagne et autres locations, les tours 2, 4, 6, 7, 9, 10, 12, et 16 de mois du Mars 2016 avec la participation de 120 poétesses et d’artistes de plusieurs pays. 

MPI lors d’une cérémonie organisée à la bibliothèque Eugenio Trias de Madrid le jour de 2 de mars 2016, suivie d’une soirée poétique animée par la poétesse Asuncion Caballero.

Le 5 Mars, l'ouverture officielle du festival Cri de Femme 2016 a été tenue avec la participation des poètes éminents et artistes dans les salles du Centre culturel BuenaVista.


Ce soir, des participants ont partagé un dîner de gala avec la Président de MPI, Jael Uribe, en continuant avec un récital des poètes internationaux et d'intervention de collaborateurs de la cause Cri de Femme Espagne et autres 20 pays comme Porto Rico, Mexique, l’Argentine, Portugal, Suisse, Bulgarie, Royaume Uni, Arabie, Maroc, Etc.


A cette occasion, un hommage a été rendu aux collaborateurs de la cause Cri de Femme présents qui ont reçu la figurine de la Femme Ailée des mains d'Uribe en reconnaissance de son travail. Ils étaient: Antonia Cerrato, Idoia Carramiñana, Adirane Azcuénaga, Maria Pizarro, Encarnación Sánchez Arenas, Rosa Garde Nicolas, Pedro Vera, Ivonne Sánchez Barea Maria Sanchez, et Asuncion Caballero. (Espagne), Bouchrail Echchaoui (Maroc), Berkis Contreras (USA), Helena Staghouraki (Grèce).


Egalement ce soir, d'autres collaborateurs reçu des certificats d'appréciation : Zulma Quiñones (Porto Rico), Teresita Calderon (Suisse), Carmen Rey Hernandez, Inma Diez, Edith Fernandez et Sergio Perez pour son inconditionnel travail avec la participation et la promotion de la cause Cri de Femme dans les réseaux sociaux.


Le MPI était représenté lors de cette manifestation culturelle par beaucoup des poètes et artistes également ambassadeurs de bonne volonté de Mouvement MPI.

Le Mouvement MPI rendu une reconnaissance a des talents artistiques de la femme de manière générale avec l’exposition d’arts plastique baptisée “Fleurs du Dessert” un hommage à Soraya Manutcherhi, femme honorée par le festival 2016.

Le Mouvement MPI est une institution qui œuvre pour la promotion de la poésie, la culture et la littérature des femmes.



Cri de Femme 2017 | Appel aux coordinateurs


Le Festival International de Poésie et d’Arts Cri de Femme adoptera le thème «Un Cri de Liberté» qui vise à renforcer la confiance, la sécurité et les valeurs des jeunes filles du monde, et leur droit de vivre sans se soucier de l'abus, de mauvais traitements, ou à propos des problèmes de l'adulte comme la grossesse précoce, le travail forcé, et autres. 

Cette année, le Mouvement International des Femmes Poètes «Mujeres Poetas Internacional MPI Inc.»  et l'équipe Cri de Femme basée à la République Dominicaine, réitère l'appel aux coordinateurs des événements de prendre partie de la 7e. édition qui aura lieu pédant le moi du mars 2017 dans les différents pays. 

Depuis 2011, le festival Cri de Femme (Grito de Mujer) a recruté des poètes et des artistes et a servi de plateforme pour la sensibilisation de la violence contre femmes avec diverses campagnes et des événements liés à l'art et la culture. L'appel sera ouvert jusqu'à la première semaine de Février 2017. Toutes les propositions seront évaluées par notre équipe. Tous les événements acceptés doivent travailler dans le cadre de la chaîne mondiale de CDF et en représentent de la cause conformément aux modalités et le macaron du festival.

Les événements du festival Cri de Femme avait été célébré dans 60 pays, avec plus de 700 activités coordonnés. Chaque événement est créé avec responsabilité, et en particulier ayant un profond respect pour la cause.

Si vous êtes intéressés à rejoindre la chaîne du Cri de Femme 2017 en tant que coordinateur d’événement, en appliquant les modalités du festival, vous pouvez nous contacter sur notre page  http://www.gritodemujer.com ou sur le blog en français  http://festivalcridefemme.blogspot.com et réitérer votre engagement à la cause à travers le monde.

Cri de femme 2016 Reunion France

 
Le festival Cri de Femme Réunion 2016 s'est ouvert à la Réunion le 8 mars à la Médiathèque de la Ville du Port avec une exposition de Elodie Hitié, Christophe Corenthy, Mikaëla et Cristelle Belhôte autour des textes de Virginie Golczyk. Le vernissage a été ponctué par une performance de Florence Latappy, relais Cri de Femme sur l’île, Didier Filo et Magali Inès, de la Compagnie Maloya Métiss. Cette année, l'association d'aide aux femmes victimes de violences conjugales, Femmes Sold'air a été suivie par la mairie de St André qui s'est impliquée. Une restitution de l'atelier théâtre des adhérentes animé par Christine Roget a été présentée à la Médiathèque de la ville. 

 
C'est un grand pas, puisque cette mairie ne s'était pas impliquée l'année dernière. Un autre nouveau partenaire, le Café Culturel La Cerise, a généreusement proposé de rejoindre le mouvement: nous avons intégré sa programmation à la nôtre. Le résultat? Deux soirées variées: l'une avec une projection de photographies de Philippe Moulin et l'autre avec une lecture d’un texte de Leila Quillacq et un concert du duo féminin Oktob. La Cerise a proposé aussi des photographies d’une exposition intitulée Femmes après coups, de Médecins du Monde et les oeuvres de Mathilde Claude-Marty et Natacha Duchemann. 


Le Théâtre sous les Arbres s'est investi encore une fois avec non pas une mais deux soirées ! Le 25 mars, avec de la danse, du théâtre et de la musique avec des amateurs et des professionnels, des jeunes et des moins jeunes: la Compagnie de danse Maloya Métiss et la chorégraphe et représentante Cri de Femme à la Réunion ont présenté un extrait Femmes créoles, derrière la Carte postale, puis se sont succédés : les élèves du Collège Jules Solesse, auteurs de saynètes sur un thème choisi autour des violences sexuelles, deux pièces chorégraphiques, l’une de Mélanie Lafitte et l’autre de Angéline Auguin, la performance de l’auteure compositrice interprète Cécile Bertel et l’artiste local Gautier. 

 
 Le 27 mars marquait la clôture du festival avec la restitution de Femmes Solid’air, les ateliers théâtre de la ville de St Denis de Christine Roget et le théâtre Forum de Delixia Perrine. Ainsi, le festival s'enrichit sur l'île avec de plus en plus de participants, de partenaires et d’évènements. Gageons que l'a prochaine édition permettra d'aller encore plus loin, en touchant toute la population de l’île, mais surtout, avec une participation sincère, engagée de la part de partenaires impliqués, comme c'est déjà le cas. Il faut donc dire merci à tous ceux qui était là cette année et seront là dans l'avenir!



Photos Edouard Montagu
Philippe Moulin et Christelle Belhôte



Groupe Oktob qui a enflammé nos cœurs avec leurs cris de femmes.  


 EXPO Visible à la médiathèque  Le Port.

Cri de Femme 2016 Haiti


Une scène du spectacle “Le chant de l’arc-en-ciel. / Photo : Frantz Samuel Suffren
 
Pour la première fois qu’elle enregistre une performance, la représentation théâtrale « Le chant de l’Arc-en-ciel » met le doigt sur la plaie. Centré sur la violence faite aux femmes, initié par Darline Gilles dans le cadre du festival international d’Arts et de Poésie « ’Cri de Femmes »’, ce spectacle, réalisé autour de la réalité des femmes dans le monde, décroche le rideau d’un système d’injustice et d’inégalité. Comble de la réalité, ceux qui ont assisté au spectacle le lundi 28 mars au Centre de renforcement intellectuel et culturel d’Haïti (CRICH), étaient plus que spectateurs.
 


Dans une salle timidement éclairée, au Centre de Renforcement intellectuel et culturel d’Haïti (CRICH), ce lundi soir frisquet, un silence de cimetière règne. Le public qui attend depuis déjà une heure s’impatiente. Soudain, des gémissements et des cris de toutes tonalités confondues résonnent. Sept jeunes marabouts de la troupe AS d’art, masquées, quasiment nues, rentrent en scène, dans un mouvement de va-et-vient, de saccade. On dirait des folles. Des rêveuses. Elles se mettent à marmonner « Femmes, féminité, misogynie, sexisme, mutilation, excision, marginalisation, exploitation, domination, inégalité. » Le public, curieux, est aussitôt conquis.
 
Dans « Le chant de l’Arc-en-ciel, Darline Gilles, retrace l’itinéraire des femmes violentées, marginalisées, et excisées, à travers le monde. Elle donne la parole aux femmes contraintes au silence. À celles qui ont entendu tant de mensonges, tant de mythes, qui ont connu tant de martyres, qu’elles arrivent à croire à leur propre infériorité. “Le chant de l’arc-en-ciel”, ce spectacle de chant, de danse et de poésie, est conçu pour exprimer la frustration, la colère et la soif de liberté, des femmes victimes d’un système d’injustice et d’inégalité à travers le monde. Chaque comédienne représente une couleur de l’arc-en-ciel. Chaque couleur traîne derrière elle une légende, un caractère ; une voix, porteuse de revendications. Le violet, pour réapproprier son corps ; le vert, pour l’épanouissement ; le bleu, pour la féminité ; le jaune, contre la discrimination ; l’orange, pour la créativité ; l’indigo, pour la justice et l’équité de genre ; et le rouge, pour la liberté sexuelle. “Le goût de l’aventure, le besoin de conquête, sont des caractères d’hommes ? Vous me faites rire. Moi, je vivrai ma passion dans le corps comme dans l’âme. Je porterai ma liberté comme la soie et la dentelle dans ma plus profonde intimité. Ma voix suintera le feu de mes pulsions. Mon chant sera rouge, sauvage comme la rose en plein épanouissement.”
  
Cette pléiade d’artistes rend manifestement un pan de la réalité des femmes à travers des chansons, où l’on entend des extraits distincts de mélodies traditionnelles, entrecoupés de chorégraphies incluant des tours de rein et des déhanchements salaces. L’alliage entre le texte et la mise en scène est parfait. Tantôt elles chantent, tantôt elles se taisent, cherchant des mots pour exprimer leur rage contre ce système qui leur font croire qu’il suffit d’être belle, de bien se comporter et plaire aux hommes. Dans des soupirs, des cris, des gestes de courbature, des haussements de voix, elles disent non à l’inégalité, à la marginalisation, à la violence faite aux femmes. “La politique c’est pour les hommes, dites-vous. Je vous donnerai raison, quand la science aura démontré que les testicules ont un cerveau. En attendant cette fascinante découverte, j’affirmerai mon énergie, mon dynamisme, et ma créativité.”
 
Ce méga-spectacle a mis en scène, Darline Gilles, Lucenda Boucard, Magdalena Eugène, Marsha V. Eveillard, Shelove Dupérier, Maria S. Baptiste, Love Félix, et Naïka Vernet. En collaboration avec, Adjamile Marcelin, Sofie Douda, et Samuel Suffren. Écrit et mis en scène par la fondatrice de l’organisation féministe D’Elles, Darline Gilles, “Le chant de l’Arc-en-ciel” est présenté dans le cadre du Festival international d’arts et de poésie “Cri de femmes”. C’est un festival annuel organisé du 1er au 31 mars à travers le monde en vue d’une sensibilisation contre les violences faites aux femmes. Ce festival international, initié par un groupe de femmes poètes dominicaines (Mujeres Poetas Internacional, MPI), est à sa sixième édition. Et Haïti est à sa troisième participation sous la coordination de l’organisation féministe D’Elles.

 
Aljany Narcius

Cri de Femme 2016 Luxembourg



L'événement, Cri de Femme 2016 Luxembourg, hommage aux femmes victimes de violence a eu lieu le samedi 26 Mars au théâtre LE 10 dans le Grand-Duché de Luxembourg. La soirée a été présenté par la poète et artiste pluriel, Miriam R. Krüger, poète ambassadrice du mouvement, Femmes Poètes International.

 
Cet événement a rassemblé différents artistes, musiciens, écrivains, poètes du Luxembourg, Allemagne, France et Belgique; parmi lesquels on peut citer; Francis Kirps, Eurydice Reinert, Charles Suberville, Henning Walker, Kendra Löwer, Sandie Richard, Mary-Ann Meiers, Laettitia Reynders, Lucie Bertovic-Sutera, Corina Moscovich, Ludo. 


Au cours de la soirée a été projeté pour la première fois le projet audiovisuel "Tous unis dans un même cri:" de Miriam R. Krüger, dans laquelle ont participé environ 70 personnes de différents pays. Pendant l'événement, la poète Miriam R. Krüger a lancé un appel à toutes les personnes qui sont témoins des actes de violence, de ne pas tourner le dos, de ne pas être indifférent et ne pas avoir peur de dénoncer et d'aider les victimes.



Miriam R. Krüger